Le marché du craft beer et craft spirits

Le marché du craft beer et craft spirits

Le craft n’est pas en réalité une mode du moment, il date de la période de la prohibition et de la production d’alcool artisanal. Les avantages détenus par les Français sur ces marchés du craft sont une matière première irréprochable, un savoir-faire exceptionnel en ce qui concerne la distillation, et le meilleur matériel disponible grâce à l’industrie du cognac.

 

Qu’est-ce que le Craft beer ?

Un terme difficilement traduisible, néanmoins, il peut être défini comme des bières issues de micro-brasseries artisanales. Son développement, aujourd’hui, répond à l’évolution des comportements de consommation, la bière est en très forte progression sur des populations plus jeunes.

 

Un peu d’histoire sur la bière artisanale

En France, au 19ème siècle, on comptait environ 3.500 brasseries de bières artisanales. À cette époque, il était courant pour une famille de produire sa propre bière en fonction des céréales produites aux alentours.
Aux Etats-Unis, avant la prohibition, on comptait plus de 4000 brasseries actives. Par la suite, à la fin des années 70, un certain nombre de consommateurs américains, lassés les bières industrielles ont décidés de brasser leurs propres bières. Cette nouvelle génération de brasseurs (craft brewers) a ouvert des micro-brasseries.

À quoi reconnaît-on une bière artisanale ?

Les industries remplacent souvent les malts de céréales par du maïs ou du riz pour des raisons d’économies. Tandis que les productions artisanales continuent d’utiliser des produits traditionnels tels que le houblon, le malt d’orge et d’autres céréales en plus de l’eau et de la levure.

Qu’est-ce qui définit une bière artisanale ?

En France, il existe une définition de la bière artisanale qui provient du droit fiscal. En effet, selon l’article 178-0-bis A de l’annexe III du CGI, une brasserie peut être qualifié d’artisanale si elle répond à certains critères :

  • Elle doit produire annuellement moins de 200 000 hectolitres de bière.
  • Elle doit être juridiquement et économiquement indépendante de toute autre brasserie.
  • Elle doit utiliser des installations physiquement distinctes de celles de toute autre brasserie.
  • Elle ne doit pas produire sous licence.

La bière, poussée par l’émergence des craft beers impose une dynamique. La multiplication des produits, l’innovation dans ce secteur nous amènent à répondre aux attentes des consommateurs.

Que contient la recette traditionnelle de la bière artisanale ?

Les ingrédients sont les suivants :

  • De l’eau,
  • Des malts de céréales comme l’orge, le froment, l’avoine ou encore l’épeautre,
  • Des houblons dont il existe plus de 500 variétés,
  • Des levures, ajoutées dans le moût, elles transforment les matières en alcool et en gaz
  • carbonique,
  • Aucune filtration ou pasteurisation qui dénaturent la bière.

Qu’est-ce que le Craft spirits ?

L’univers des spiritueux artisanaux est nettement moins développé que celui de la bière. Néanmoins, l’engouement pour les spiritueux artisanaux ne se dément pas. Les ventes progressent régulièrement. Le phénomène « craft » est en plein essor depuis 2011 sur le marché des spiritueux. C’est un segment qui commence à exister au sein des cavistes, chez les consommateurs, dans les médias, et chez les distributeurs. Pour une majorité de clients, les spiritueux « craft » sont souvent gage de meilleure qualité et ils se disent prêts à mettre le prix pour un produit qu’il juge plus qualitatif et authentique.

Le craft touche aussi le domaine du vin

Les « urban wineries » sont des caves de vinification installées en centre-ville, ou dans des zones industrielles. Elles commencent à s’implanter dans les capitales européennes, comme Londres et Paris, mais aussi récemment à Marseille et à Lyon.

 

Pourquoi le craft redevient tendance ?

Aujourd’hui, le craft est un marché de niche. Il répond à un besoin de consommation locale en série limitée. Ils veulent des produits fabriqués localement, en réaction aux produits mondialisés, qui, parce qu’ils sont vendus massivement et partout, ont perdu de leur âme.
Le consommateur souhaite boire moins, mais mieux. Aujourd’hui, il boude les grandes marques mondiales, au profit de marques proposent des alcools artisanaux et le bio. Les bières artisanales envahissent désormais les bars et les soirées branchées en rassemblant une communauté de consommateurs en quête de convivialité et de partage.

Ces derniers recherchent des produits où l’humain, qui a participé à la conception et la fabrication est valorisé, où les aspérités de produit et de la marque sont acceptées, et même mises en avant.

 

Comment communiquer sur mon alcool craft ?

L’alcool craft offre une communication qui mise sur le goût, la qualité et la créativité séduisant des consommateurs en recherche d’authenticité. Ces consommateurs ont envie de se tourner vers de vraies valeurs, un retour aux sources et à l’authentique. C’est tout l’art du storytelling. Ils n’achètent pas une simple bière ou un spiritueux, ils créent une relation authentique et humaine avec le produit qu’ils acquièrent et avec son producteur.

En dehors du goût authentique, le champ de créativité ne s’arrête pas à la recette. Il implique aussi un design qui s’appuie sur les codes traditionnels, les packagings misent sur l’esthétisme, l’humour et la réinterprétation contemporaine des codes : l’ancrage géographique, l’originalité d’un savoir-faire. Les marques optent pour des contenants aux designs puissants, qui rappellent souvent les bouteilles anciennes. (Lien vers le graphisme des étiquettes)

C’est pourquoi, EtOH Agency vous aide à créer votre propre storytelling et à réaliser vos étiquettes de bouteilles sur-mesure.

Le revers de la médaille, les grands groupes veulent aujourd’hui leur propre craft beer, soit en rachetant les plus belles réussites, soit ou en s’inspirant des codes des bières artisanales.

Notre service de R&D vous propose son expertise pour analyser votre marché et trouver les meilleures opportunités pour votre business.

Quelles mentions juridiques doivent apparaître sur un site web ?

Quelles mentions juridiques doivent apparaître sur un site web ?

Un site de vente via Internet ne peut être mis en ligne sans l’insertion de mentions légales obligatoires dont le but est d’assurer une meilleure transparence sur l’identité du vendeur vis-à-vis des clients.

Les mentions juridiques des sites web

Les mentions juridiques des sites web diffèrent selon que votre entreprise est un personne physique ou morale.
Dans le premier cas, vous devez renseigner vos nom et prénom, vos adresse, numéro de téléphone, e-mail, le nom de l’hébergeur, sa dénomination ou raison sociale, son adresse et son numéro de téléphone ainsi que le nom du directeur de la publication si vous publiez des contenus éditoriaux et le numéro d’inscription au RCS si vous en possédez un.
Si votre entreprise est une personne morale, votre site doit comporter sa raison sociale ou forme juridique, l’adresse de son siège social, son e-mail et ses coordonnées téléphoniques, le nom du directeur de publication et celui de l’hébergeur, sa dénomination ou raison sociale, son adresse et son téléphone. Si vous êtes inscrit au RCS ou au répertoire des métiers, vous devez également inscrire vos numéros d’inscription, d’identification fiscale et de TVA intracommunautaire ainsi que le montant du capital social et les conditions générales de ventes et des informations permettant de résoudre d’éventuels litiges. Au sein de l’UE, tous les professionnels doivent fournir un lien facilement accessible vers la plateforme européenne de RLL (Règlement en Ligne des Litiges).
Par ailleurs, il est très impératif de respecter les règles relatives à la protection des données (RGPD) et d’informer vos visiteurs de l’utilisation de cookies. Les visiteurs doivent avoir la possibilité de refuser ou de supprimer les cookies et, sans leur consentement, vous n’avez pas le droit d’exploiter leurs données personnelles.
Les mentions légales doivent être placées en première partie des conditions générales de vente et apparaître sur chaque page de votre site d’où elles doivent être accessibles depuis un lien intitulé « informations légales » ou « mentions légales ».

Besoin d'aide pour la réalisation de votre site web ?

Les mentions obligatoires liées à la vente d’alcool

La vente d’alcool sur Internet est soumise à des obligations légales strictes par souci de protection de la jeunesse et de santé publique. Votre site devra donc contenir les 3 mentions indispensables à savoir : « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé »,« A consommer avec modération » et signaler clairement que la vente d’alcool est interdite aux mineurs.
Vous ne devez en aucun cas vanter les mérites d’une boisson alcoolique ni même inciter à sa consommation. Par contre, vous devez suivre une formation pour obtenir un permis d’exploitation pour la vente d’alcool et licence de vente attribuée à vos boissons alcooliques.
Spécialisée sur votre secteur, EtOH Consulting met ses connaissances et ses expériences dans la création de sites de vente de boissons alcoolisées à votre service et vous aide à envisager votre site en toute conformité tant pour les mentions juridiques que pour le RGPD.

Besoin d'aide pour votre mise en conformité RGPD ?

Les packaging de bouteilles responsables

Les packaging de bouteilles responsables

Pour s’inscrire dans une démarche écoresponsable et contribuer à la transition écologique indispensable aux générations futures, il est aujourd’hui tout à fait envisageable d’avoir recours à des emballages responsables. Cette démarche est d’autant plus pertinente si vous commercialisez des vins, de la bière ou des spiritueux certifiés dans ce sens.

Des packaging écoresponsables adaptés à toutes les boissons alcooliques

Le BIB, pour Bag In Box, a facilement détrôné son prédécesseur le cubi pour le plus grand bonheur des consommateurs et des producteurs de vin. En effet, le cubi en plastique sous-entend une production polluante alors que le BIB est beaucoup plus écoresponsable dans le sens où il est composé de matières entièrement recyclables, le plastique léger et le carton. De plus, à l’heure actuelle, de plus en plus d’entreprises proposent des alternatives au « bag » du BIB, plus responsables. Par ailleurs, notons que le cubi nécessite des ouvertures et fermetures qui contribuent à l’oxydation du vin, altérant ainsi ses qualités. Il doit donc être réservé aux vins de basse qualité. Le BIB est ici encore sa meilleure alternative. En conservant le liquide sous vide et en le distribuant à l’aide d’un bec-verseur, l’air n’entre pas en contact avec le vin qui préserve alors toutes ses saveurs et ses qualités.
Il faut savoir qu’aujourd’hui, des traces de plastique sont présentes partout, même dans le verre. Pourtant, sur ce terrain aussi, il est possible de réduire la consommation de plastique. 

L’essor du vin en Bag in Box

Une marque de whisky mondialement connue à prévu d’embouteiller son précieux breuvage dans des bouteilles à base de pulpe de bois recouverte, sur sa surface intérieure, d’un enduit imperméable propre à la consommation. Déjà en 2018, une célèbre marque de bière danoise a innové en lançant une bouteille entièrement en fibre de bois.
Côté vin, les bouteilles en fibres naturelles de bois commencent à apparaître et une bouteille fabriquée à partir de fibres de lin est en cours d’expérimentation.
Les canettes peuvent intégrer jusqu’à 50 % de matériau recyclé permettant d’économiser jusqu’à 75 % d’énergie par rapport à la production d’une canette à partir de matières premières brutes. Ce chiffre peut atteindre 95 % en ce qui concerne l’aluminium. Une canette, quand elle est recyclée, représente 0 déchet dans la mesure où elle se réintègre dans le cycle de fabrication de la matière pour se retrouver dans les rayons, et ainsi de suite. Ce qui participe activement à la réduction des gaz à effet de serre.
Les emballages destinés à recevoir plusieurs bouteilles de vins, de spiritueux ou de bière, sont eux aussi tout à fait envisageables en matières responsables et sont, quoi qu’il en soit, eux-mêmes recyclables.

La tendance du vin en canette

Des étiquettes de bouteilles éco-responsables

Les étiquettes, quant à elles, peuvent être imprimées sur du papier 100 % recyclé tout en invoquant subtilement vos engagements pour la planète. Dans cette, optique, EtOH Agency peut réaliser pour vous des étiquettes de bouteilles sur-mesure, pour cela, rien de plus simple contactez-nous à contact@etoh.agency

Etiquettes de vin, entre obligation et besoins des consommateurs

Comment engager une démarche RSE efficace ?

Comment engager une démarche RSE efficace ?

A l’heure actuelle, les entreprises voient plus que jamais le développement durable comme un véritable vecteur de croissance et de performance. Toutes cherchent aujourd’hui à intégrer la question environnementale à leur stratégie business. Consommer moins au profit du...

lire plus
RSE, la filière vin a son référentiel

RSE, la filière vin a son référentiel

La norme ISO 26 000 pour le vinLes normes sont communément bâties entre professionnels pour améliorer les processus et s’accorder sur un niveau probant de système de management. En 2001, les consommateurs ont demandé la mise en chantier d’une norme internationale pour...

lire plus
Mettre en place une démarche RSE

Mettre en place une démarche RSE

Quels sont les avantages internes à l’entreprise d’une démarche RSE ? Marque employeur, attirer et recruter des profils d’individus sensibles à ces valeurs. Pouvoir mobiliser ses collaborateurs autour d’une vision, d’une démarche partagée par chacun de ses membres....

lire plus
Le retour du vin en vrac

Le retour du vin en vrac

Le consommateur, aujourd’hui, cherche à boire moins, mais mieux. Il attend une meilleure traçabilité, une production plus responsable et moins de sulfites. Les vins légers, moins alcoolisés, les vins biologiques et plus récemment les vins vegan répondent à ces...

lire plus
Qu’est-ce que la RSE ?

Qu’est-ce que la RSE ?

Qu’est-ce que la RSE ?La Responsabilité Sociétale des Entreprises, également appelée Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est la mise en pratique du développement durable par les entreprises.Une entreprise qui pratique la RSE va chercher à avoir un impact...

lire plus
La tendance du vin en canette

La tendance du vin en canette

Une des nouvelles tendances qui pourrait froisser les amateurs de vin. Alors que la bouteille en verre de 75 cl est encore la reine de nos rayons, certaines entreprises ont décidé de développer d’autres manières de conditionner le vin. Largement répandu aux...

lire plus
Les 4 critères du feedback management

Les 4 critères du feedback management

Acte essentiel du rôle de manager, le feedback accroît la réactivité, la performance, l’autonomie et la motivation de ses collaborateurs. Un bon feedback est efficace quand il débouche sur une communication limpide et factuelle et se mesure à la réactivité du collaborateur quant au comportement que le manager lui a notifié.

Qu’est-ce que le feedback management ?

Empruntée à l’ingénierie spatiale, le feedback, littéralement « retour nourrissant », a pour principe de fournir un retour à une personne ou à une équipe qui réalise une action afin qu’elle corrige ou améliore son approche. Parfois, des corrections successives sont nécessaires pour atteindre un résultat recherché.

Les 4 critères du feedback management

La bienveillance : le feedback permet au manager d’entretenir une relation de confiance avec les membres de son équipe grâce à une communication naturelle et ouverte. Ainsi, il s’assure que chaque intervenant a bien compris sa mission et va dans le bon sens.
L’expertise métier : le feedback accentue le sens de la mission de chacun. En prenant conscience des tenants et aboutissants, les collaborateurs comprennent l’importance de leur mission, se sentent plus impliqués, plus autonomes et donc plus responsables. De cette interaction, naît la cohérence du travail d’équipe. De plus, avec le feedback, un intervenant a l’opportunité de rectifier un dossier en cours, corriger une erreur, etc, tout en se perfectionnant et en enrichissant sa carrière professionnelle.
Le client : le feedback désamorce les obstacles, les difficultés et les imprévus dès les premiers signes grâce à la communication permanente entre le manager et les membres de son équipe, ce qui permet de satisfaire les attentes du client et contribue à la bonne réputation de l’entreprise.
L’expertise secteur : un bon feedback génère la confiance du collaborateur qui est rassuré quand il sait comment faire pour « bien faire », ce qui améliore son expertise du secteur.

Comment le mettre en place ?

Le feedback s’inscrit dans la stratégie de communication globale d’une entreprise.
Dans le milieu du management, on a plutôt tendance à respecter la hiérarchie, à suivre les ordres sans discuter et à assister aux entretiens annuels, trop rares pour établir une communication constructive et bénéfique en terme de résultat.
Le feedback management envisage plutôt la disponibilité de chacun et l’interaction, ambiance bien plus attractive qu’il n’est pas difficile à faire accepter par les membres d’une équipe. Les collaborateurs doivent cependant être informés de sa pratique et en connaître les tenants et aboutissants.
Pour être constructif et objectif, le feedback doit être accompagné d’un entretien dans les 24 à 48 h suivant le comportement à rectifier.

Les avantages du feedback management

Pour le manager, le feedback permet d’évaluer ses compétences de management pour améliorer ses pratiques.
Côté collaborateurs, il enrichit l’expérience et augmente le degré d’expertise.
Les feedbacks clients sont une ressource précieuse et constructive. Spécialisée sur votre secteur, EtOH Consulting met ses connaissances et ses expériences à votre service pour vous aider à exploiter ce trésor de connaissances dans votre gestion RH.

Les étapes de traitement de la donnée : collecte, nettoyage, analyse

Les étapes de traitement de la donnée : collecte, nettoyage, analyse

Vous savez que les données sont essentielles dans l’organisation de votre système informatique. Elles sont à l’origine de votre projet, structurent votre activité, voire déterminent vos orientations futures grâce à leur capacité d’analyse. Mais comment mieux comprendre chaque étape qu’accomplissent ces véhicules du savoir ? Depuis leur collecte jusqu’à leur intégration dans votre système, nous vous aidons à mieux les utiliser dans votre domaine de la vitiviniculture.

1. La collecte : un enjeu primordial

Vous le savez, la RGPD ou Règlement Général de la Protection des Données est entré en application depuis fin mai 2018. Si la CNIL avait déjà fait adopter des outils pour une protection plus grande des données personnelles pour les pays de l’UE, cette réglementation se traduit par l’acceptation ou non par l’utilisateur de votre site de certains cookies. Ce sont eux qui permettent en grande partie de collecter des informations et de les utiliser. Pour ce faire et obtenir un consentement préalable, vous devez préciser l’étendue et la finalité des opérations que vous allez effectuer sur les données. Votre politique d’utilisation des données doit être facilement compréhensible par les visiteurs. Nous vous accompagnons pour trouver les mots pour définir parfaitement votre politique de collecte de données et la rendre accessible à vos visiteurs. Il s’agit de transparence afin de susciter une véritable confiance de la part de votre clientèle et de vos partenaires.

2. L’effacement des données : un nettoyage indispensable

Etant donné que tous les consentements ainsi que tout suivi des données personnelles doivent être archivés, votre système, si puissant et structuré qu’il soit, peut arriver à saturation. Afin de pallier ces difficultés, il convient d’opérer un tri des données inutilisées comme les contacts de prospects qui ne sont plus des clients, des partenariats qui ne sont plus actifs ou encore des catalogues de produits qui ne sont plus à la vente. Il faut ensuite procéder à leur effacement. Nous sommes des facilitateurs dans le quotidien de la gestion de votre entreprise et nous pouvons vous fournir les outils pour procéder à ces nettoyages qui vous permettent de garder un système performant, plus rapide et réactif.

3. Le traitement des données pour vous permettre d’évoluer

Afin de mieux gérer votre activité, il convient de distinguer :
• Les données quantitatives : à savoir celles qui vous permettent d’accéder à des informations comme le CA d’un concurrent ou encore les prévisions de consommation de bière dans un pays où vous désirez vous implanter. Elles sont à utiliser ponctuellement et peuvent être rapidement archivées ou effacées ;
• Les données qualitatives : elles vont cibler votre entreprise et son environnement. Toutes les données relatives à votre activité sont traitées et pour créer des logiciels sur mesure par exemple.

4. L’analyse et les perspectives de performances

C’est évidemment l’étape au cours de laquelle les données collectées prennent un sens véritable. Grâce aux outils que nous vous apportons, vous êtes en mesure de planifier. Vous disposez de tableaux et graphiques qui sont actualisés. Toutes vos opérations sont analysées et vous pouvez prévoir les actions à engager, les campagnes marketing à cibler ainsi que les partenaires les plus performants avec lesquels vous associer.

(edited) 5:06 Dans le body :