La Responsabilité Sociétale des Entreprises, également appelée Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est la mise en pratique du développement durable par les entreprises.
Une entreprise qui pratique la RSE va chercher à avoir un impact positif sur la société, à respecter l’environnement tout en étant économiquement viable. Un équilibre qu’elle va construire avec l’aide de ses parties prenantes, c’est-à-dire ses collaborateurs, ses clients, ses fournisseurs, ses actionnaires ou les acteurs du territoire.

Les temps fort pour la RSE

  • 1972 : Lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement de Stockholm, que le problème des rapports entre le développement économique et la détérioration de l’environnement a été inscrit pour la première fois à l’ordre du jour de la communauté internationale.
  • 1987 : Rapport Brundtland, l’Assemblée générale de l’ONU a demandé la convocation d’une Conférence de l’ONU sur l’environnement et le développement (CNUED).
  • 1992 : Sommet de la terre à Rio qui a officialisé la notion de développement durable.
    Les gouvernements réunis à Rio ont conclu trois accords importants qui visaient à infléchir la démarche traditionnelle du développement :
    • Action 21 : Un programme d’action d’ensemble pour des mesures à prendre à l’échelle de la planète dans tous les domaines du développement durable;
    • La Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement : Une série de principes définissant les droits et les responsabilités des Etats;
    • La Déclaration de principes concernant les forêts : Un ensemble de principes fondamentaux pour une gestion durable des forêts du monde.

3 piliers : économique, social et environnemental

Schéma RSE
  • Le pilier économique : Il occupe une place prééminente dans notre société de consommation. Le développement durable implique la modification des modes de production et de consommation en introduisant des actions pour que la croissance économique ne se fasse pas au détriment de l’environnement et du social.
  • Le pilier social ou encore le pilier humain : Le développement durable englobe la lutte contre l’exclusion sociale, l’accès généralisé aux biens et aux services, les conditions de travail, l’amélioration de la formation des salariés et leur diversité, le développement du commerce équitable et local.
  • Le pilier environnemental : il s’agit du pilier le plus connu. Le développement durable est souvent réduit à tort à cette seule dimension environnementale. Il est vrai que dans les pays industrialisés, l’environnement est l’une des principales préoccupations en la matière. Nous consommons trop et nous produisons trop de déchets. Il s’agit de rejeter les actes nuisibles à notre planète pour que notre écosystème, la biodiversité, la faune et la flore puissent être préservées.

Il y a 30 ans on est passé d’une période où la croissance était excessive à une période où l’on s’est interrogé sur les ressources naturelles.

  • 2001 : L’Union européenne inscrit le développement durable au sein de son agenda politique —> conseil européen de Göteborg en Suède. Déclinaison des différents objectifs et instaurer un dispositif de suivi et d’évaluation des indicateurs.

Loi NRE (Nouvelles Régulations Économiques)

Elle imposait à 700 grandes entreprises françaises cotées de faire état des conséquences sociales et environnementales de leurs activités et de les inscrire dans leur rapport annuel de gestion. Il s’agit en d’autres termes d’inciter les entreprises à développer une stratégie de responsabilité sociétale (RSE) et, par extension, de limiter les externalités négatives qui découlent de la mondialisation des échanges. Elle régule ainsi trois domaines : l’activité financière, la concurrence, et l’entreprise. Pour autant, elle n’a pas substantiellement modifié le fonctionnement des entreprises.

Notre génération initie un changement, et fait bouger les choses. La jeune génération est force de proposition pour changer, vivre et se comporter au quotidien de manière différente et plus responsable.

Depuis 2015, l’ONU a adopté 17 objectifs de développement durable. Ils concentrent tous les pans de la société. Chaque objectif a un rôle essentiel à jouer :

  • Pas de pauvreté,
  • La faim à zéro,
  • Bonne santé et bien être pour tous les membres du pays,
  • Pourvoir au besoin d’éducation et de qualité,
  • Égalité entre les sexes,
  • Eau propre et assainissement pour chaque habitant,
  • Travailler sur des énergies propres à des tarifs abordables,
  • Proposer un travail décent et de la croissance économique pour chacun,
  • Pouvoir apporter une industrie innovante avec des infrastructures adaptées à la France,
  • Rayer les inégalités sur la France,
  • Avoir des villes et des communautés durables,
  • Consommation et production responsable,
  • Apporter des mesures qui sont importantes en faveur du changement climatique,
  • Prendre la mesure de la vie aquatique,
  • Être attentif à la vie terrestre,
  • Paix et justice pour chaque citoyen,
  • Travailler sur des partenariats pour réaliser ces objectifs.

Une étude menée par l’Ipsos montre que le secteur alimentaire est l’un des secteurs de changements les plus importants. Les Français consomment à 60% des produits sains pour la santé. Les consommateurs ont déjà agi pour pouvoir utiliser des produits alimentaires sains pour leur santé. 70% disent privilégier les produits régionaux et locaux, 67% réduisent la quantité de nourriture jetée.

Pourquoi notre génération ? Parce que les entreprises passent à l’action et ont besoin d’attirer des talents qui partagent leurs valeurs. Elles sont plus exigeantes sur la qualité de production de leurs produits et services et leur impact sur l’environnement et sur les hommes.

Comment mettre en place une démarche RSE ?

Comment engager une démarche RSE efficace ?

Comment engager une démarche RSE efficace ?

A l’heure actuelle, les entreprises voient plus que jamais le développement durable comme un véritable vecteur de croissance et de performance. Toutes cherchent aujourd’hui à intégrer la question environnementale à leur stratégie business. Consommer moins au profit du...

lire plus
RSE, la filière vin a son référentiel

RSE, la filière vin a son référentiel

La norme ISO 26 000 pour le vinLes normes sont communément bâties entre professionnels pour améliorer les processus et s’accorder sur un niveau probant de système de management. En 2001, les consommateurs ont demandé la mise en chantier d’une norme internationale pour...

lire plus
Mettre en place une démarche RSE

Mettre en place une démarche RSE

Quels sont les avantages internes à l’entreprise d’une démarche RSE ? Marque employeur, attirer et recruter des profils d’individus sensibles à ces valeurs. Pouvoir mobiliser ses collaborateurs autour d’une vision, d’une démarche partagée par chacun de ses membres....

lire plus
Le retour du vin en vrac

Le retour du vin en vrac

Le consommateur, aujourd’hui, cherche à boire moins, mais mieux. Il attend une meilleure traçabilité, une production plus responsable et moins de sulfites. Les vins légers, moins alcoolisés, les vins biologiques et plus récemment les vins vegan répondent à ces...

lire plus
La tendance du vin en canette

La tendance du vin en canette

Une des nouvelles tendances qui pourrait froisser les amateurs de vin. Alors que la bouteille en verre de 75 cl est encore la reine de nos rayons, certaines entreprises ont décidé de développer d’autres manières de conditionner le vin. Largement répandu aux...

lire plus