Certains des secteurs les plus complexes et les plus difficiles à gérer sont ceux où de nombreuses réglementations sont en place, ce qui signifie que les entreprises doivent consacrer beaucoup de ressources pour les mettre en place correctement. Dans le cas du secteur du vin, de la bière et des spiritueux, cela se traduit par un réseau incroyablement complexe de lois, de règles et de réglementations qu’il peut être difficile de naviguer seul. Mais grâce à la numérisation, il est désormais possible de disposer d’outils qui nous aident à nous conformer à cette réglementation, quel que soit le pays où nous exerçons nos activités et même d’en profiter pour prendre une longueur d’avance.

Des réglementations sont nécessaires mais rendent les affaires très complexes

Bien que le vin, la bière et les spiritueux soient tous réglementés comme des boissons alcoolisées, chaque secteur a ses propres réglementations spécifiques régissant la manière dont ils peuvent être importés et vendus. Dans de nombreux cas, ces trois industries ont des réglementations différentes concernant les ventes de leur produit d’un État à l’autre. Un problème majeur qui n’a pas encore été résolu est de savoir si les producteurs peuvent expédier directement aux consommateurs ou uniquement via un distributeur. Parmi les autres préoccupations majeures figurent la concurrence étrangère, les taxes et le contrôle des prix. Cette mosaïque de réglementations rend la navigation difficile pour quiconque, mais crée des opportunités pour ceux qui savent comment l’aborder.

 Quiconque a déjà essayé de comprendre comment le vin, la bière ou les spiritueux sont produits et vendus dans différents États connaîtra intimement la complexité de ces règles. Il existe de nombreux chevauchements entre ces industries, mais chacune a également son propre ensemble de réglementations. Ces réglementations ont des effets considérables sur toute entreprise qui souhaite vendre des produits sur ces marchés. Tant que ces trois marchés resteront des entités distinctes, les entreprises qui cherchent à vendre sur plus d’un d’entre eux devront savoir comment les parcourir tous.

Le cerveau humain n’est plus capable de centraliser toutes ces informations variées et complexes.

Il n’est tout simplement pas adapté pour traiter autant d’informations, en si peu de temps et avec des sources d’information limitées. Par exemple, lors de l’achat d’une bouteille de vin en magasin, le consommateur est confronté à de nombreuses informations : type de produit (boissons alcoolisées), type et marque (ex : QbA Pradikat), volume alcoolique par contenant ou unités de consommation (12% ), prix de référence et remise, lieu d’origine (Niederlausitzer Rebland), avertissements sanitaires pour certains produits, etc. Ils n’ont également aucune idée du type d’informations qui peuvent être considérées comme pertinentes ou non concernant leur décision de choix. Grâce à des décennies d’expérience d’apprentissage et sur la base des résultats de la recherche, nous savons maintenant que les gens utilisent deux manières différentes pour faire face à ces situations. Le premier est le traitement ascendant – essayer de collecter autant de connaissances que possible avant de prendre une décision – qui s’avère très inefficace dans la plupart des cas car il conduit les gens à sur-analyser les alternatives et donc à passer trop de temps sur les décisions d’achat. Au mieux, ces clients achèteront du vin plus cher sans nécessairement en profiter davantage que du vin moins cher, ce qui entraînera la frustration des clients et une probabilité accrue de rotation des clients. Ce phénomène est qualifié de satisfaisant par le prix Nobel Herbert Simon. Simultanément, d’autres consommateurs essaient de minimiser l’effort nécessaire pour résoudre un problème. Ils optent pour une réflexion descendante et ne considèrent que les aspects cruciaux lors du choix entre les alternatives. Ces décideurs s’appuient principalement sur l’heuristique et d’autres procédures rapides pour parvenir à un résultat satisfaisant relativement rapidement. Une analogie serait de marcher dans une rue inconnue. Alors que quelqu’un comme moi scruterait son environnement à la recherche de détails (gauche … droite … gauche …), d’autres suivraient simplement leurs instructions de A à B en considérant tout ce qui les entoure comme une information superflue.

Digitaliser les réglementations pour plus d’efficacité et prendre une longueur d’avance

La réglementation du vin dans la plupart des pays n’a pas suivi le rythme de la technologie moderne, ce qui rend difficile pour les producteurs de commercialiser leurs produits sans enfreindre les lois ou s’enfermer dans la bureaucratie. Heureusement, les entrepreneurs relèvent ce défi et créent des solutions numériques qui rendent la conformité plus facile et plus efficace. Par exemple, vinconnect utilise la technologie blockchain pour suivre directement les transactions de vente de vin entre acheteurs et vendeurs – en sautant complètement les grossistes – tout en fournissant un historique permanent des ventes. Grâce à Vinchain Ltd., qui sera également lancé prochainement, les producteurs pourront prouver la provenance à chaque étape de la production et de la distribution. Les consommateurs n’auront plus à se demander s’ils achètent une contrefaçon ; ils pourront vérifier les enregistrements de la blockchain en ligne pour preuve. Et les entreprises viticoles peuvent garder toutes les informations pertinentes facilement accessibles via une plate-forme sécurisée. Des entreprises telles que CORDA Technologies aux Etats-Unis développent des capteurs et d’autres logiciels qui aident les établissements vinicoles à surveiller des facteurs clés tels que la température, la pression, l’exposition à la lumière et l’humidité. Ces données sont stockées numériquement et auditées tout au long de la saison de récolte de chaque année – et si un problème survient, CORDA peut même alerter les responsables de vignobles à distance afin qu’ils puissent agir immédiatement.

Pour aller plus loin…

(edited) 5:06 Dans le body :