Encore aujourd’hui, nous continuons à faire du vin sans vraiment penser à ce qu’attend le consommateur final, celui qui paiera pour votre produit et qui, par conséquent, sera intransigeant sur le rapport qualité/prix. Il peut être votre meilleur partenaire ou votre pire cauchemar. Plusieurs axes vous permettent aujourd’hui de positionner votre produit sur des valeurs partagées avec vos consommateurs, sans pour autant renier votre savoir-faire. Pour ce faire, il vous faut être à l’écoute de votre marché et des tendances sociales. Nous savons que cela prend du temps d’étudier son marché, c’est pourquoi, nous vous partageons quelques chiffres qui révèlent les tendances significatives sur la consommation du vin.

Jusqu’ici, le secteur viticole était ancré dans un modèle de distribution en physique, toutefois, la pandémie a fait prendre de l’allure au e-commerce et l’augmentation de l’achat de vins en ligne nous a tous surpris.

  • « 83% des consommateurs de produits alimentaires achètent plutôt en magasin que sur internet (+1 point sur 2018) » (wavestone.com)
  • « 70% des acheteurs sur internet sont âgés de 18 à 44 ans » (wavestone.com)
  • « 86% des achats de vin sont effectués dans la grande distribution » (sowine.com)
  • « En 2020 les ventes de vin via Internet sont estimées à près de 600 millions d’euros en France, soit 100 millions d’euros de plus que l’année précédente. » (lyonne.fr)
  • « La tendance devrait se poursuivre, puisque Xerfi estime à 780 millions d’euros le montant total de ces ventes pour 2023. » (lyonne.fr)

L’essor du vin biologique

Incontournable, et tous les médias sont là pour nous le rappeler, le vin biologique est la grande tendance des années à venir. Au-delà d’une simple tendance, les acheteurs prennent un véritable virage à 360° en matière de consommation responsable : le vin bio, c’est l’avenir, et c’est de plus en plus abordable !

  • « 71 % de la population consomme bio au moins 1 fois/mois » (agencebio.org)
  • « 1/2 acheteur est prêt à payer plus cher pour un vin labellisé bio » (sowine.com) 
  • « En 5 ans, la production bio de fruits et vignes a connu une progression de +20% » (agencebio.org)
  • « Les motivations des consommateurs de vin bio sont : s’assurer de la qualité du vin (48%), soutenir les terroirs et les producteurs (44%) et respecter l’environnement (43%) » (sowine.com )

La transparence et la traçabilité

La transparence est désormais la clef pour créer une relation de confiance avec vos consommateurs. Les consommateurs ne veulent plus consommer bêtement et sans être informés sur la provenance de leurs achats.

  • « 72% des consommateurs attendent des marques et des entreprises qu’elles soient responsables et transparentes » (ipsos.com)
  • « 89% des clients sont également prêts à quitter une marque s’ils s’estiment dupés » (abilways.com)

Le storytelling

Aujourd’hui, les histoires rendent les marques plus humaines, elles les rendent plus proches de leurs clients, ce qui permet de créer un attachement. Parler de l’histoire de votre entreprise est aussi un gage de crédibilité. Vous êtes transparent, vous livrez un témoignage à vos clients et prospects.

  • « 65 à 70% des informations transmises par un storytelling sont conservées par le cerveau (seulement 5 à 10% pour une présentation à base d’informations brutes) » (tenfold.com)
  • « Selon une étude (menée sur le secteur du vin) ayant pour vocation d’analyser les effets du storytelling sur les ventes d’un produit, si vous ajoutez une histoire à propos du vigneron au descriptif d’un vin, le nombre de consommateurs augmente de 5%, et ce client est prêt à le payer 6% plus cher » (adweek.com)

Prouvez votre engagement

Au-delà de consommer responsable, les consommateurs attendent de vous que vous soyez concernés par la vraie vie, et que vous vous associez aux combats (financièrement, par des actions, par des partenariats, sur des événements, à travers du sponsoring…). La consommation de votre produit doit lui apporter une vraie valeur : valorisation des très petites entreprises françaises, protection des enfants, égalité femmes/hommes, meilleur traitement des animaux, lutte contre la pollution de l’air…

  • « 71% des Français se déclarent concernés par la consommation responsable » (greenflex.com)
  • « 33% des consommateurs choisissent désormais les marques auprès desquelles ils achètent en fonction de leur impact environnemental ou social » (unilever)
  • « 21% des interrogés déclarent qu’ils « choisiraient activement » des marques si ces dernières faisaient apparaître clairement leurs engagements de responsabilité sur leur packaging ou dans leur marketing » (unilever)

La consommation de demain se réunit en un point : le respect (des autres, de son environnement, des valeurs humaines). Les marques doivent se montrer empathiques et s’ouvrir à la demande de leur communauté, quitte à se remettre en question perpétuellement. Vous devrez aussi prendre en compte la dimension RSE de votre entreprise.

Besoin d'être accompagné sur votre stratégie ?

(edited) 5:06 Dans le body :