L’impact de la Covid-19 sur le e-commerce du vin

Diminution des visites au domaine, baisse des volumes écoulés via les cavistes, les restaurants ainsi qu’à l’export. Le ​bilan de la crise sanitaire ​est difficile pour nos vignerons​. Pourtant, un canal semble avoir tiré son épingle du jeu : ​le digital​. Épidémie oblige, le commerce électronique a reçu un énorme coup de fouet depuis l’apparition du virus.

La vente en ligne est adaptée à la commercialisation des vins, elle permet de surmonter les problèmes de place en linéaire et d’apporter davantage d’informations sur les produits, par exemple. Pour développer les ventes, les producteurs ont utilisé Internet, ce qui renforce durablement leur lien avec des consommateurs locaux.

Avec moins d’occasions d’aller au restaurant ou simplement de sortir de chez soi, nous profitons tous des avantages des livraisons de vin en ligne.

Le développement massif de solutions pour développer des sites marchands ou encaisser des paiements en ligne à prix attractif a permis aux viticulteurs de se montrer agiles dans la période de crise. Il permet de plus, de développer les ventes au niveau local. Une tendance forte de consommation aujourd’hui.

Selon les économistes consultés par l’OIV, la croissance globale du e-commerce de vin serait en valeur de 48% en 2020, une progression trois fois supérieure à celle enregistrée en 2019 par rapport à 2018. La crise nous a montré plus que jamais le besoin d’avoir un contact client numérique en complémentarité de la vente dite “traditionnelle” (salons, ventes au domaine, …).

Une étude du cabinet d’étude spécialisé dans l’analyse économique Xerfi présentée en décembre dernier révèle que le e-commerce de vin aurait plus progressé en France (+22 %) que le e-commerce en général (+11 %).

Une autre tendance est au direct producteur. En effet, vendre en ligne​ n’est plus le seul et unique objectif des vignerons. Ces derniers cherchent de plus en plus à faire appel à ce que l’on appel le ​direct producteur ​pour développer leur notoriété. Avec une concurrence rude sur le marché du vin, tous les moyens sont donc bons pour faire connaître son domaine ​directement au client. Il leur permet de développer une nouvelle clientèle en ayant une véritable maîtrise de leur prix et de leur image de marque.

Nos conseils :

  • Misez sur le local avec notamment le click and collect.
  • Jouez la transparence sur vos modes de production. Notamment en réalisant des vidéos à présenter sur des réseaux sociaux ou en développant l’œnotourisme.
  • Pensez vente direct producteur.

Chez EtOH nous proposons aux distributeurs de vins, bières et spiritueux des technologies d’aide à la vente. Cela peut-être une application mobile ou encore un site internet.

(edited) 5:06 Dans le body :