« Le temps, c’est de l’argent », en se basant sur ce principe, on peut voir que l’estimation du temps pour réaliser une activité est très importante. Elle joue un rôle important dans la vie quotidienne et professionnelle. D’un point de vue professionnel, le temps occupe une place considérable dans la gestion de projet. D’où l’importance de la planification en amont pour estimer le temps nécessaire pour chaque phase du projet.

Quels sont les écueils dans l’estimation d’un projet ?

Un projet comporte toujours différentes phases, notamment la planification, la mise en œuvre et l’évaluation. Des difficultés ou des blocages peuvent être rencontrés lors de chacune de ces étapes, surtout en cas de manque de stratégie. L’estimation de la durée d’un projet doit faire partie de cette stratégie, et ce, dès la phase de planification elle-même. Il faut savoir qu’il existe des outils et des méthodologies qui peuvent être utilisés pour gérer un projet, mais aucun d’entre eux ne garantit le respect du délai. L’estimation est donc très importante dans un projet. La précision de cette mesure permet de réduire la marge d’erreur et d’anticiper les retards supplémentaires dans sa réalisation.

Après avoir disséqué le projet, on se concentre sur l’évaluation. Si le temps de réalisation estimé est respecté, les phases sont bien mises en œuvre.

Quelle approche adopter ?

Avant la réalisation d’un projet, plusieurs paramètres doivent être pris en compte, dont la méthodologie. L’approche fait partie de la méthodologie et permet une bonne gestion de toutes les ressources, notamment humaines et matérielles. Il convient de noter que la mise en œuvre d’un projet est un travail d’équipe dans lequel tous les membres forment un système. Le type d’approche le plus approprié pour un projet est l’approche participative. Chacun est impliqué et veille au bon déroulement du travail, notamment dans toutes les phases, de la planification à l’évaluation globale.

Néanmoins, l’estimation du temps reste prépondérante car elle permet de quantifier les différentes tâches. Pour ce faire, l’équipe peut adopter le diagramme de Pert. Les résultats de cette approche ascendante, dérivée du détail, devront être comparés aux estimations issues de l’expérience par comparaison avec des projets similaires.

Quelles méthodes permettent d’estimer la durée d’un projet ?

Outre les approches pragmatiques susmentionnées, il existe d’autres méthodes d’estimation des délais de réalisation de projets. Dans le cas des projets de systèmes d’information, la méthode COSMIC, la méthode COCOMO II et la méthode des points de fonction peuvent être utilisées. Cette dernière est une méthode développée par IBM. Elle consiste à évaluer la taille d’un logiciel en fonction des spécifications fonctionnelles livrées au client.

Dans le contexte du développement logiciel lui-même, la méthode COCOMO ou Constructive COst Model consiste à estimer le temps de développement. Cependant, elle reste approximative et ne correspond pas à l’évaluation de logiciels actuellement déployés. La méthode COCOMO a subi quelques modifications et a donné naissance à la méthode COCOMO II. D’autre part, COSMIC pour Common Software Measurement International Consortium est une méthodologie permettant de mesurer la taille d’une « brique » logicielle. Elle se concentre sur la fonction telle que la conçoit le client, indépendamment de la technologie requise pour la mettre en œuvre. Il convient de noter que chacune de ces méthodes est adaptée à l’estimation de la durée d’un projet.

Pour aller plus loin…

(edited) 5:06 Dans le body :